PENICHE DU GAI LURON
 
 
La première chose que l'on peut lire sur une cloison, après s'être laissé tomber dans la cale:
"Je voulais vivre tranquille, avec ma femme et notre enfant."
Le ton est donné, l'errance dans cette coque rouillée promet d'être des plus joyeuses. Au milieu des jouets abandonnés, se frayer un chemin sur ce plancher tout relatif. Photo' de gosse et diapo' en vrac. Quel foutu malheur s'est il passé ici? Pas des masses envie de farfouiller comme un voyeur, mais le lieu me prend aux tripes. Sous un peu de moisissure, du courrier dépressif donne un semblant de réponse, et je me paume quelques instants dans la folie qui traine encore ici.